martedì 23 marzo 2010

pleiadi


les mots enroulaient l'amour
enlaçaient l'envie de deux amants
de cette passion charnelle
le silence a convaincu le coeur que l'amour était bien present


je ne suis plus rien dans le desert
de ton univers
les sillages ont beau faire
je ne ne suis qu'une épave a brader
sans le sablier de ton temps

je suis juste une chienne aboyant sur le pavé


poesia de elisabeth vaury